Mikhaïl Gorbatchev, l’ancien dirigeant soviétique qui a mis fin  à la guerre froide pacifiquement , est décédé à l’âge de 91 ans.

Arrivé en pouvoir en 1985, Gorbatchev a permit a l’URSS de s’ouvrir au monde et a introduit une série de réformes dans son pays.

Mais il n’a pas pu empêcher le lent effondrement de l’Union soviétique, dont est issue la Russie moderne.

Des hommages ont été rendus dans le monde entier, le chef de l’ONU Antonio Guterres affirmant qu’il « a changé le cours de l’histoire ». « Mikhail Gorbatchev était un homme d’État unique en son genre. Le monde a perdu un leader mondial imposant, un multilatéraliste engagé et un défenseur infatigable de la paix », a écrit le secrétaire général de l’ONU, M. Guterres, dans un hommage sur Twitter.

L’hôpital de Moscou où il est décédé a déclaré qu’il souffrait d’une longue et grave maladie. Ces dernières années, sa santé s’est détériorée et il a été hospitalisé et sorti de l’hôpital. En juin, les médias internationaux ont rapporté qu’il avait été admis après avoir souffert d’une maladie rénale, bien que la cause de son décès n’ait pas été annoncée.

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé ses plus sincères condoléances à la suite du décès de M. Gorbatchev, a déclaré son porte-parole Dmitri Peskov à l’agence de presse russe Interfax, selon Reuters.

Le président américain Joe Biden l’a qualifié de « dirigeant rare » et a salué M. Gorbatchev comme un politicien unique qui avait « l’imagination pour voir qu’un avenir différent était possible » au milieu des tensions de la guerre froide.

La présidente de l’Union européenne, Ursula von der Leyen, l’a qualifié de « dirigeant de confiance et respecté » qui « a ouvert la voie à une Europe libre ». »Cet héritage est celui que nous n’oublierons pas », a-t-elle ajouté.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu’il admirait le courage et l’intégrité de M. Gorbatchev, ajoutant: « À une époque d’agression de Poutine en Ukraine, son engagement inlassable à ouvrir la société soviétique reste un exemple pour nous tous. »

M. Gorbatchev est devenu secrétaire général du Parti communiste soviétique et dirigeant de facto du pays en 1985.

À l’époque, il avait 54 ans – le plus jeune membre du conseil au pouvoir connu sous le nom de Politburo, et était considéré comme une bouffée d’air frais après plusieurs dirigeants vieillissants. Son prédécesseur, Konstantin Chernenko, était décédé à l’âge de 73 ans après un peu plus d’un an au pouvoir.

Peu de dirigeants ont eu un effet aussi profond sur l’ordre mondial, mais M. Gorbatchev n’est pas arrivé au pouvoir en cherchant à mettre fin à l’emprise soviétique sur l’Europe de l’Est. Il espérait plutôt revitaliser sa société. L’économie soviétique luttait depuis des années pour suivre le rythme des États-Unis et sa politique de perestroïka visait à introduire des réformes de marché dans le système dirigé par l’État.

Sur le plan international, il a conclu des accords de contrôle des armements avec les États-Unis, a refusé d’intervenir lorsque les pays d’Europe de l’Est se sont soulevés contre leurs dirigeants communistes et ont mis fin à la sanglante guerre soviétique en Afghanistan qui faisait rage depuis 1979.

Pendant ce temps, sa politique de glasnost, ou d’ouverture, a permis aux gens de critiquer le gouvernement d’une manière qui était auparavant impensable.

Mais cela a également déclenché des sentiments nationalistes dans de nombreuses régions du pays, ce qui a finalement sapé la stabilité du pays et conduit à son effondrement.

En 1991, après l’échec d’un coup d’État chaotiquement organisé par des extrémistes communistes, M. Gorbatchev a accepté de dissoudre l’Union soviétique et a quitté ses fonctions.

Il est considéré en Occident comme un architecte de la réforme qui a mis fin à la guerre froide en 1991 – une période de profondes tensions entre l’Union soviétique et les nations occidentales, y compris les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Il a reçu le prix Nobel de la paix en 1990 « pour le rôle de premier plan qu’il a joué dans les changements radicaux des relations Est-Ouest ».

Mais dans la nouvelle Russie qui a émergé après 1991, il a été en marge de la politique, se concentrant sur des projets éducatifs et humanitaires.

En 1996, Gorbatchev a fait une tentative malheureuse de retour à la vie politique , n’obtenant que 0,5 % des voix aux élections présidentielles.

Son héritage qui divise, se reflète dans les hommages qui ont suivi sa mort.

Mais de nombreux Russes ne lui ont jamais pardonné les troubles qui ont suivi l’effondrement de l’URSS.

Vladimir Rogov, un responsable nommé par la Russie en Ukraine occupée, a déclaré que M. Gorbatchev avait « délibérément conduit l’Union (soviétique) à sa disparition » et l’a traité de traître.

Il sera enterré au cimetière Novodievitchi de Moscou, le lieu de repos de nombreux Russes éminents, à côté de sa femme Raisa, décédée d’une leucémie en 1999, a annoncé l’agence de presse Tass.

Share This