Un ancien navire de guerre français en cours de démantèlement, et accusé de transporter des déchets nucléaires, a été aperçu près du Maroc.

L’ancien porte-avions français, vendu au Brésil et et acquis par Ankara s’est vu interdire l’accès au port suite aux accusations d’ONG l’accusant de contenir des substances toxiques et radioactives. Selon Sputnik Afrique le navire navigue sans but près des îles Canaries et du Maroc.

En route vers le site de démantèlement en Turquie, l’ancien navire de guerre est probablement une « menace écologique ». Initialement connu sous le nom de Foch, le navire a été acquis par le Brésil en 2000 après 37 ans de service, devenu São Paulo. Vingt ans plus tard, il a été racheté pour 1,6 million de dollars par la société turque SÖK Denizcilik, qui avait été chargée de le démanteler dans la province turque d’Izmir.

Le navire a quitté le port de Rio de Janeiro le 4 août et devrait arriver le 10 septembre.

Des ONG internationales dénoncent la menace environnementale que représente ce porte-avions. Plusieurs ONG environnementales, dont l’ONG belge Schipbreaking Platform et l’américain Basel Action Network, ont dénoncé la menace environnementale que représente le porte-avions, affirmant qu’il contenait des dizaines de tonnes d’amiante, un minéral toxique et cancérigène, et des résidus de son participation aux essais nucléaires menés par la France dans le Pacifique (de 1966 à 1996).

Ankara a demandé un nouveau certificat du contenu du navire, une demande qui a été refusée par la partie brésilienne. En réponse, la Turquie lui a interdit d’entrer dans ses eaux territoriales, a annoncé le 26 août le ministre de l’Environnement Murat Kurum dans un communiqué publié sur Twitter. Le transporteur navigue toujours près des îles Canaries, à quelque 860 kilomètres du Maroc, à bord d’un remorqueur battant pavillon néerlandais. Les autorités espagnoles ont également refusé d’ancrer le navire en raison du risque environnemental en vertu des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer.

Share This